—  11 mai 2017 Conseil municipal du 10 mai 2017

Le conseil municipal du 10 mai 2017 a été l’occasion d’aborder deux dossiers structurants pour l’organisation de notre ville de Chambéry :

  • L’évolution du service des pompes funèbres et du centre funéraire
  • La nouvelle politique de stationnement

Concernant le funéraire, il était nécessaire de mettre aux normes et d’agrandir le centre pour faire face à une demande croissante émanant de tout le département de la Savoie. A cette occasion, nous avons donc associé un certain nombre de communes au sein d’une Société d’économie mixte. Cela permettra notamment de faire partager le poids de la dépense, car je considère en tant que maire que les chambériens n’ont pas à supporter le poids des dépenses liées aux demandes venant de tout le département.

Concernant la politique de stationnement, notre objectif est multiple :

  • apaiser et améliorer les déplacements
  • participer au report modal
  • prendre en compte tous les usagers pour un partage de l’espace public
  • orienter les usagers vers l’offre de stationnement la plus adaptée à leurs besoins
  • dynamiser le centre ville et améliorer son attractivité grâce à une meilleure rotation des véhicules

Retrouvez plus en détail mon analyse en vidéo. Bon visionnage!

—  30 mars 2017 Les politiques de stationnement menées à Chambéry depuis 2008 à la loupe de la Cour des comptes

La Chambre Régionale des Comptes Auvergne Rhône Alpes a mené une enquête sur la question spécifique du stationnement urbain sur le territoire de la Commune de Chambéry. Suite à l’article du Dauphiné Libéré de ce jour, voici quelques précisions sur un dossier important pour notre ville.

Premièrement, il convient de souligner que la période examinée par la Cour couvre les années 2008 à 2015, toutes gérées par la majorité socialiste de Mme Laclais, à l’exception de l’année 2015 et de la fin 2014, pour laquelle notre équipe s’est en premier lieu employée à constater l’étendue des dégâts.
Il convient de noter que le rapport ne fait que reprendre et approfondir les critiques qui avaient déjà été adressées à l’ancienne majorité en 2010, dans un rapport global sur la gestion de la Ville.
A l’époque, le déséquilibre des contrats de délégation de service public concernant le stationnement, « très protecteurs des délégataires de service public et défavorables à la commune » (DL) avait déjà été mis en question. Preuve que la majorité socialiste de l’époque a peu fait cas de ces remarques, et n’a pas modifié sa gestion des contrats.

Depuis 2014, une politique tarifaire permettant enfin une amélioration des équipements !

La Chambre estime notamment que des hausses injustifiées des tarifs applicables aux parcs en ouvrage ou enclos ont été décidées. Concernant la hausse tarifaire de 2015, il convient de rappeler que ce changement a été enclenché par une modification de la législation. Au 1er juillet 2015, la loi a disposé l’obligation de passer à une tarification au quart d’heure, contre une tarification à l’heure auparavant. Cette obligation légale a ainsi entrainé une hausse tarifs de stationnement à échelle nationale.

Il faut souligner en outre que les hausses qui sont intervenues ne sont pas injustifiées : outre le fait qu’elles ont été modestes après de nombreuses années sans variation, elles n’ont pas représenté de hausse significative pour l’usager.
D’autre part, les ressources ainsi générées permettent aujourd’hui de moderniser les parcs (par exemple changements en cours des ascenseurs aux parcs du Château et de la Falaise).
La Chambre souligne en outre la bonne gestion de la Régie Municipale Chambérienne de Stationnement.
Il apparait dès lors incohérent de se réjouir de la bonne gestion de la RMCS d’une part, et critiquer la hausse des tarifs de stationnement d’autre part. La hausse tarifaire se justifie par la nécessité d’assurer une structure financière saine à la RMCS et l’investissement en faveur de travaux importants de rénovation des parkings.

Le rétablissement d’une relation équilibrée et maitrisée avec les délégataires privés

La Chambre a examiné les deux contrats de délégation de service public existant pour les parkings en ouvrage (Hôtel de Ville / Curial et Palais de Justice).

Les critiques qu’elle apporte à ces contrats et à leur exécution portent notamment sur le déséquilibre financier en faveur du délégataire. La cour a ainsi constaté à raison que la ville de Chambéry, sous la mandature Laclais, ne contrôlait pas ses délégataires qui étaient libres d’agir hors des limites de l’intérêt public. La ville n’avait en clair aucune maitrise de ses Délégations de service public. C’est d’ailleurs ce que relève la Cour des comptes, dans un rapport national portant sur le stationnement urbain entre 2008 et 2015 (disponible sur le site de la Ville de Chambéry ) : « À Chambéry, les contrats de délégation de service public sont déséquilibrés pour la commune ».

Face à cette situation, nous avons pris diverses mesures depuis 2015 pour les deux contrats en cours avec l’instauration des rencontres régulières avec l’exploitant pour examiner les différents aspects du stationnement sous contrat et pour instaurer un suivi des obligations contractuelles qui en découlent.
Nous avons également structuré nos services, avec une mission Audit Contrôle et Evaluation, composée de 4 agents. L’un de ses rôles est de mettre en place et de suivre tous les contrats de Délégation de Services Publics, en relation directe avec les services opérationnels concernés.

A l’été 2016, cette stratégie a notamment permis l’adoption d’un avenant pour le contrat du parc du Palais de Justice afin d’introduire dans celui-ci un outil juridique permettant de redéfinir les conditions économiques du contrat afin de rétablir l’équilibre en faveur de la collectivité.
La DSP est un très bon outil quand il bien géré. Elle permettra notamment la construction de deux parkings sans qu’il soit nécessaire pour les chambériens de débourser plusieurs millions d’euros pour leur construction.

 

IMG_1739

Article du Dauphiné Libéré, 30 mars 2017

 

—  28 mars 2017 Conseil Municipal du 27 mars 2017

Le conseil municipal du 27 mars 2017 a été l’occasion de revenir sur le compte administratif 2016, et de voter le budget primitif 2017, portant notamment la sortie des emprunts toxiques, une bonne gestion de l’argent public & investissements au profit des chambériens.

Retrouvez mon analyse de la soirée dans une courte vidéo, et le budget primitif en détail au travers des infographies ci-dessous.

Le conseil municipal est disponible dans son intégralité en vidéo sur le site internet de la ville de Chambéry.

 

Budget 2017 par politiques publiques

Chambery_TaP1-Graph1

La politique gouvernementale saigne la ville de Chambéry. Baisse cumulée en 2 ans : – 9,45M d’euros!

Chambery_TaP1-Graph2

La dette n’est plus toxique : dès cette année, nous avons fait gagner 1,6 m d’euros aux chambériens.

Chambery_TaP1-Graph3

Nous gérons intelligemment la dette : bilan des taux d’intéret qui baissent.

Chambery_TaP1-Graph4

Nos chers emprunts toxiques

Chambery_TaP1-Graph5

Elus pour mettre en place une bonne gestion de l’argent public, nous baissons les dépenses de fonctionnement pour investir d’autant plus.

Chambery_TaP1-Graph6

Autre exemple de notre bonne gestion, une épargne nette positive

—  3 mars 2017

Retrouvez ci dessous la lettre ouverte que Xavier Dullin et moi meme avons adressé à Mme Ségolène Royal, Ministre de l’environnement, suite à son déplacement le 25 février dernier dans la vallée de l’Arve.

Madame la Ministre,

Lors de votre visite en Haute-Savoie et plus particulièrement dans la Vallée de l’Arve, samedi 25 février, vous avez annoncé de nouvelles mesures du plan de protection de l’atmosphère de la Vallée de l’Arve, disposant notamment « l’interdiction totale de circulation des poids lourds les plus polluants (Euro 0 à 3) en cas de pic de pollution, applicable dès le premier jour de dépassement du seuil d’alerte de 80 μg/m3 ».  Vous avez en outre précisé que l’interdiction serait « systématique en cas de persistance de la pollution durant plusieurs jours au-delà du seuil d’information de 50 μg/m3 », de même que  « le nombre limite de jours d’application de cette interdiction, qui est aujourd’hui de 20 jours, sera supprimé ».

Depuis des années, les Vallées Alpines sont solidaires en matière de qualité de l’air et de lutte contre la pollution. Pourquoi ? Car sans réponse globale et coordonnée à grande échelle, y compris transalpine, le problème ne fera que se reporter d’une vallée à l’autre.

De par vos déclarations, vous effacez cette réalité et faites prendre un risque considérable aux habitants des autres Vallées, dont la Cluse de Chambéry, la Combe de Savoie et la Vallée de la Maurienne qui sont les principales concernées du report du trafic poids lourd vers le tunnel routier du Fréjus. Vous n’ignorez qu’avec la complicité de l’Etat ce tunnel va être doublé avant 2020 devenant ainsi un itinéraire dit « sécure » en fait véritable aspirateur à camions qui traverseront nos villes, nos agglomérations et nos vallées alpines.

Vos déclarations soulignent en outre votre absence d’approche globale en vue de la résolution de ce problème, et le manque de coordination avec notre voisin italien. Si, comme vous l’annoncez, une interdiction permanente des camions les plus polluants devait être appliquée aux tunnels du Mont-blanc et du Fréjus, c’est bien en amont de l’annonce de ces mesures qu’il aurait été nécessaire de consulter le Ministre italien des transports, afin qu’une cohérence et une réponse concertée soit trouvée avec l’Italie.

Pour information, la Ville de Chambéry et son Agglomération sont traversées par plus d’1,8 million de PL tous les ans. Combien en plus sans réponse globale et coordonnée lorsque vos annonces rentreront en application ?

La Ville de Chambéry et son Agglomération connaissent, elles aussi, une sensible augmentation du nombre de pics de pollution ainsi que leurs durées et intensités. Devons-nous attendre votre visite hypothétique afin de vous alerter sur cette question de santé publique ?

La vraie mesure politique et efficace qui aurait dû prévaloir lors de votre visite est un arrêt temporaire du trafic poids lourd international de transit des marchandises dans les vallées alpines. En parallèle, l’Etat doit s’engager sans délai en faveur du déploiement du système d’Autoroute Ferroviaire Alpine (AFA) avec la création d’une plateforme de chargement dans l’Est Lyonnais accompagnée de la libération de créneaux de transport de fret ferroviaire sur les voies existantes. Depuis 2009 vous devez affecter un délégataire exploitant, qu’avez-vous entrepris dans ce sens ?

Enfin, vous représentez l’Etat qui, pour lutter contre la pollution de la Cluse de Chambéry, souhaite mettre en place un système de limitation intelligent de vitesse afin de mieux réguler la Voie Rapide Urbaine qui traverse du Nord au Sud notre Agglomération. Or ce projet selon vos propres services ne sera pas réalisé avent 2 ans et demi ! Ou est votre capacité à réagir concrètement ?

Madame la Ministre, il y a urgence. La population est, à juste titre, inquiète.

La Région est prête à s’investir massivement dans l’AFA. Nos collectivités se sont engagées fortement en matière de Plan Local pour la Qualité de l’Air (PLQA) ou bien  par le plan climat. Nous lançons dans les jours qui viennent une plateforme de rénovation énergétique afin d’accompagner la rénovation de plus de 700 logements. Nous continuons de déployer le « fonds chaleur renouvelable » ainsi que des bornes de recharge pour véhicules électriques. Nous étudions la possibilité d’activer le fonds air-bois. En parallèle, nous luttons efficacement contre le brûlage à l’air libre des déchets verts et nous sommes totalement engagés dans les démarches « Territoire à Energie POSitive » ou « Territoire Zéro Déchet, Zéro Gaspillage » que vous connaissez par cœur.

Toutes ces actions combinées visent à améliorer la qualité de l’air et répondre concrètement aux attentes légitimes de nos concitoyens. Il ne manque plus que l’Etat : soyez au rendez-vous à nos côtés !

Sûrs de l’attention que vous porterez à cette démarche, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, à l’expression de notre très haute considération.

Michel Dantin , Maire de Chambéry , Député Européen

Xavier Dullin, Président de Chambéry métropole – Cœur des Bauges Conseiller régional

 

—  23 février 2017 Retour sur le conseil municipal du 20 février 2017

Le 20 février dernier, le conseil municipal s’est tenu à Chambéry. 3 sujets principaux nous ont occupé lors de ces débats :

  • Etude concernant la circulation à l’entrée nord de Chambéry
  • Secteur de Vétrotex
  • Débat d’orientation budgétaire

Retrouver mon analyse en vidéo!

—  20 février 2017 Boulevard de la Colonne : partagez vos idées! La concertation continue!

Pour accroître sa qualité de vie, son dynamisme et redonner un élan à son attractivité commerciale, le centre-ville de Chambéry poursuit sa mutation.

Ce grand projet, débuté dès la fin de l’année 2014 par une réflexion concertée tout au long de la démarche, a permis la libération du secteur le plus touristique de Chambéry en le transformant d’un pôle d’échange des bus inesthétique, bruyant et polluant en un espace de vie à conquérir. Suite aux résultats des différentes réunions de concertation lancées au printemps 2016 et dont la solution qui en avait résulté a été réaffirmée à l’automne à l’appui d’études complémentaires, les travaux permettant la finalisation de l’amélioration des circulations du centre-ville ont débuté. Ils se termineront en avril 2017.

La statue de la Sasson et la fontaine des éléphants contribuant à le définir comme lieu emblématique de Chambéry, il est maintenant proposé à l’ensemble des chambériens ainsi qu’à tous les usagers de notre Ville de participer à la configuration des usages et des paysages de ce secteur du boulevard de la Colonne à l’horizon 2019. Il est très simple d’y participer, via un questionnaire en ligne, disponible sur le site internet de la ville

5589_914_Frise-chrono-bd-de-la-Colonne

5588_610_Plan-Boulevard-de-la-Colonne

Planning « Concertation boulevard de la colonne »

Le 18 février : lancement de la concertation lors de la soirée « Une nuit à l’usine Rubanox » avec présence d’élus lors de la soirée et possibilité de répondre au questionnaire en ligne sur tablette.

Du 17 février au 31 Mars : questionnaire en ligne qui permettra d’interroger le maximum de chambériens, et d’usagers de la ville, sur les usages et paysages qu’ils imaginent pour leur futur boulevard de la colonne et plus largement dans le temps sur l’ensemble de ce secteur.

Mois de Mars : Présentation du processus de concertation lors des permanences Chambéry mobile et 3 samedis de 9h00 à 12h00 sur la place saint léger (11/03), le boulevard de la colonne (18/03) et la place de Genève (25/03) afin de permettre à l’ensemble des personnes de participer (y compris celles sans internet, personnes éloignées des pratiques numériques, personnes qui n’auraient pas entendu parler de la concertation).

Du 31 Mars au 03 Avril : Analyse des résultats du questionnaire par les services

Du 03 Avril au 21 Avril : Rédaction du cahier des charges sur la base de l’analyse des résultats qui servira à l’élaboration de scenarii par 5 élèves de l’Institut d’urbanisme de l’université Lyon 2

Semaine du 24 au 29 Avril : Organisation d’une réunion publique de restitution des résultats et de présentation des grandes orientations du cahier des charges qui en découlent

Du 02 mai au 05 mai : semaine « phare » de concertation en présence des élèves de l’école d’urbanisme sur le terrain avec : des ateliers, des conférences, une soirée festive de clôture de la concertation. Les participants, en lien avec les étudiants bâtiront des scénarii d’aménagements.

Du 09 au 19 mai : exposition des scenarii élaborés et recueil de l’avis de la population sur ceux-ci

Du 19 mai à fin juin : Elaboration d’un avant-projet concrétisant le scénario choisi.

Fin juin : Présentation en réunion publique à la population de l’avant-projet retenu

Juillet : L.103-1 code de l’urbanisme : concertation sur registre sur la base de l’avant-projet

Septembre : consultation des entreprises sur appel d’offres et lancement des travaux réalisés par les services municipaux.

Janvier 2018 : Début des travaux

—  1 février 2017 Retour sur le conseil municipal du 27 Janvier 2017

Retrouvez en vidéo mon retour sur le conseil municipal du 27 janvier dernier!

Rénovation de Malraux, maintien du service postal à Chambéry et mise en enclos du parking de l’Europe étaient au programme.

 

—  12 janvier 2017 Cérémonie des vœux à la population et aux associations au Scarabée

Hier soir, l’équipe municipale et moi même avons été très heureux de vous accueillir au Scarabée, pour la cérémonie des vœux à la population et aux associations.  Pour la première fois, les vœux était ouvert à la population et vous avez été plus de 500 à vous déplacer! Merci à tous. Danse, concerts et remise des prix des Talents de la ville étaient au programme de cette belle soirée.

Moment particulier cette année, la remise des prix Talents de la ville, récompensait les chambériens ayant fait rayonner Chambéry en 2016, dans leurs domaines d’activité respectifs. Nous sommes fiers de mettre en lumière leur travail d’exception. Félicitations à Charlotte et Jérôme Reyes, propriétaires du Petit Hotel Confidentiel, Cédric Pernot, maître de la haute pâtisserie française, le SOC Rugby et Chambéry cyclisme formation, pour leur palmarès sportif  exceptionnels en 2016.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de mon discours prononcé lors de cette soirée.

Je vous renouvelle mes meilleurs vœux pour 2017.

IMG_1378 (1)

Voeux 2017

« Monsieur le Préfet,

Mesdames, Messieurs les Parlementaires,

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs les maires de l’agglomération, Chers collègues,

Mesdames et Messieurs les représentants des administrations et des institutions,

Mesdames, Messieurs les Présidents et membres des Associations,

Mesdames, Messieurs,

Chers Chambériens,

C’est avec un grand plaisir que je vous accueille en ce début d’année 2017 pour cette cérémonie des vœux, nouvelle formule, ouverte désormais à toute la population. Ce rendez-vous a toujours une symbolique particulière : celle d’un temps de pose pour évoquer ce qui a été fait, une projection dans ce que nous allons faire. Symbole également de ce lieu : il y a 50 ans naissait le quartier des Hauts de Chambéry.

Un anniversaire qui sera fêté et qui rappellera qu’un quartier, qu’une ville ne doit pas se figer, ne doit pas rêver un passé idéalisé mais idéaliser un avenir à créer.

C’est la philosophie de notre action pour notre mandat. 2016 et 2017 en sont les années charnières.

Celles où l’on peut espérer finir d’assainir la plupart des situations laissées-pour-compte. Mais aussi, et surtout, des années de premières pierres. Les projets pour lesquels nous avons été élus commencent à s’appliquer, sortent de terre, prennent corps. 

Et déjà un autre regard est porté sur notre ville. D’autres talents sont mis en lumière. Un autre dynamisme s’exprime.  

Nous avons conscience qu’avec cette mise en mouvement, il est d’autant plus nécessaire aux chambériens d’avoir une information fiable, transparente et de proximité. C’est une ligne de conduite à laquelle nous sommes attachés depuis le début du mandat et que nous renforcerons encore pour les années à venir.

En deux ans et demi nous avons déjà assuré plus de réunions publiques que nos prédécesseurs en un mandat. Plus d’une quinzaine par an. 

Nous continuerons !

Mais nous avons aussi la volonté d’aller vers TOUS les Chambériens, vers ceux qui ne se déplacent pas en réunions publiques, vers ceux qui n’osent pas prendre la parole, vers ceux qui ne se préoccupent pas du jeu politique mais qui aiment leur ville, leur quartier, ceux qui veulent, tout simplement, un quotidien plus agréable. 

La demande est là, elle est forte, comme en atteste le succès de ma première réunion publique numérique réalisée sur Facebook à l’automne dernier.
Pour être encore et toujours plus à votre écoute nous lançons la « Chambéry mobile ». Vous avez pu l’apercevoir en arrivant. Cette permanence mobile sillonnera les quartiers de la ville pour permettre à tous de venir rencontrer, échanger, discuter avec l’équipe municipale que j’ai l’honneur d’animer.

Parce que nous souhaitons faire de « Chambéry, une ville attentive à tous » ! 

***

 

Mais avant d’aller plus en détail sur ce que 2017 promet aux Chambériens. Faisons un bref retour sur l’année écoulée.

En 2016, je retiens des avancées significatives et de belles réalisations.

Je l’avais promis aux Chambériens et je suis heureux de vous confirmer ce soir que nous tournons définitivement la page des emprunts toxiques. Ces prêts dont les taux ont pu avoisinés 22% en 2015.

J’entends encore dire que les taux étaient intéressants…… à l’époque !  Que l’on aurait gagné de l’argent en définitive.

C’est faux ! Et la vérité mérite d’être dite.

Selon l’analyse d’un Cabinet spécialisé et indépendant de la ville, choisi en 2012, les emprunts toxiques ont coûté sur la période 25 millions d’euros de plus que si la ville s’était systématiquement financée par les taux fixes du Marché de l’époque.

 

Je vous laisse imaginer ce que nous aurions pu faire de concret, d’utile pour notre ville avec ces 25 millions… Chacun a déjà une idée qui le concerne !

Il fallait en sortir et nous en sommes sortis, Les taux de prêts de refinancement du capital et de financement des pénalités sont à taux fixent et varient de 0,98 à 1,56% suivant les contrats.

Cela a coûté 13.6 M€ à la ville et 15.9 M€ à l’état. Soit 29.5 M€ aux contribuables que vous êtes et cela pèsera jusqu’en 2034 sur les finances de la ville.

Mais nous avons maintenant de la visibilité et des frais financiers acceptables et prévisibles. Une garantie que nous offrons à nos enfants.

 

Pour autant, la situation financière de la ville reste très contrainte. Les équipements et les services rendus à la population sont nombreux, divers et globalement appréciés. La demande de les étendre existe encore.

La pression financière de l’Etat persiste avec l’augmentation des dépenses ajoutées par le gouvernement sur les épaules de notre collectivité, la réduction drastique des dotations.

Par exemple, le nouveau temps de l’enfant représente une dépense de 750 000 € par an.

En 2015, le prélèvement par l’état sur le budget  de la ville a été de près de 500 000 euros au titre de la solidarité avec les communes pauvres principalement de banlieue parisienne et de l’ouest. La notification qui nous est parvenue pour 2016 a établi notre contribution à hauteur de 767 484 euros, soit une hausse de plus de 50 % du prélèvement fait par l’Etat.

Là encore, je laisse chacun rêver de ce que nous aurions pu financer avec ces 270 000 euros…

En 2017, la baisse des dotations de l’Etat se poursuit. En cumulé, c’est une perte de 33 millions d’euros entre 2014 et 2020, durée de notre mandat.

750 000€, 25 millions,  + 270 000 euros, + 33 millions … voilà des pertes de près de 60 millions d’euros qui aurait pourtant permis de solutionner bien des problèmes…

La réalité est là … Ces éléments nous imposent de poursuivre notre effort de réduction des dépenses sur les prochaines années.

Nous agissons grâce à une gestion serrée des finances qui nous oblige à arbitrer parmi les dépenses, c’est à dire d’en supprimer et permettre la réalisation de projets utiles et réalistes au service des Chambériens, au cœur désormais d’une nouvelle communauté d’agglomération Chambéry métropole Cœur des Bauges dont je salue le président Xavier Dullin.

 

 

Oui ces choix conduisent à des renoncements  mais pour le bien de notre ville et de ses habitants nous agissons.

Chambéry n’est pas une ville figée, au destin tracé. C’est une ville que l’on veut voir évoluer et se réinventer.  C’est  dans cette optique que nous avons repensé les mobilités dans une démarche globale avec un nouveau plan de circulation et un nouveau réseau de bus.

Nous ne devons pas avoir peur de faire bouger les lignes, notre ville avance et nous devons en être fiers ! Nous avions un réseau en perte de vitesse dont la fréquentation non seulement n’augmentait plus mais commençait à diminuer, un plan de déplacement datant des années 70.

Il était temps d’oser revoir les choses !

Alors oui, toute modification apporte son lot d’appréhensions et d’apprentissages de nouvelles habitudes, de nécessaires ajustements, ceux-ci se poursuivront dans les jours et semaines à venir comme nous nous y sommes engagés, mais soyez certains que tout a toujours été fait pour le mieux vivre ensemble à Chambéry.

N’en déplaise à nos détracteurs, Les chiffres l’attestent. On constate 7% d’augmentation de fréquentation sur le réseau pour  les quatre derniers mois. Les lignes chronos sont un vrai succès. Elles transportent à elles seules 80% des  passagers. Je remercie Josiane Beaud d’avoir porté ce dossier que nous savions lourd, avec courage et détermination.

Nous sommes dans une ville à taille humaine, qui accorde de la place à celles et ceux qui veulent s’investir et faire entendre leur voix. Soyez certain que j’ai entendu vos préoccupations et que les choses se mettent en place progressivement.

On ne peut à la fois me reprocher de prendre un temps supplémentaire pour laisser étudier les idées exprimées dans les phases de concertation et m’accuser d’immobilisme.

C’est ainsi, que le boulevard de la Colonne maintenant piétonnier va se voir doter d’une traversée circulante pour l’attractivité du cœur de ville. 2017 sera l’année de sa mutation. Je compte sur les Chambériens pour prendre part à cette transformation par le biais d’une démarche participative lancée dans les prochains jours.

Cette année également, comme je l’avais annoncé, nous mettrons en place une traversée cyclable de Chambéry sécurisée. C’était une demande forte et un besoin pour développer l’utilisation du vélo en ville.

 

Au-delà de la sécurité dite routière, la sécurité c’est pouvoir aller et venir sans craindre pour sa vie ou son intégrité physique.

Le besoin de sécurité n’a jamais été aussi grand, je l’entends. Dans un contexte national et international difficile, préoccupant, marqué par le terrorisme, plus que jamais, la sécurité est l’une de nos priorités. Je salue le travail, quotidien, dévoué,  sans relâche et parfois au risque du plus grand des sacrifices des Police nationale et municipale. Je les en remercie.

A notre niveau, nous avons augmenté la présence de la police municipale sur le terrain de jour comme de nuit. Les interventions ont augmenté de 81 % ces deux dernières années. En 2016, nous avons recruté 5 policiers municipaux de plus , malgré cela les effectifs ont fait plus de 6000 heures supplémentaires. Et je dois saluer leur engagement. Nous recrutons, ce premier semestre, 5 policiers municipaux de plus et continuons à améliorer les conditions d’exercice de leur métier.

Le système de vidéo protection prend aussi de l’ampleur, 17 nouvelles caméras ont été installées en 2016, 13 autres vont être installées d’ici le mois de mars prochain, en tout 43 caméras dans Chambéry pour la sécurité des Chambériens.

Je voudrais saluer les liens qui ont été renforcés entre la police municipale et nationale. Nos services travaillent en étroite collaboration allant même jusqu’à patrouiller ensemble. Je remercie Monsieur le Préfet et Monsieur le Procureur de leur écoute et de leur action.

Cette action réclamée dans tous les quartiers de notre ville s’accompagne d’une politique de prévention. En ce sens nous avons contracté avec les centres sociaux ou la MJC. Je les invite à renouveler leurs pratiques pour capter d’avantage l’attention des jeunes et répondre à leur besoin de construction individuelle pas seulement d’occupation.

 

D’autres beaux projets dessineront 2017. Chambéry est une ville qui se développe, une ville attractive:

De nouveaux quartiers viendront prochainement donner un nouveau visage à Chambéry. Il s’agit d’une part de l’éco quartier encore appelé Vétrotex mais auquel il faudra bien en 2017 trouver un nom,  et d’autre part du quartier dit de la Cassine entre la gare et la VRU avec l’implantation future d’entreprises dédiées au secteur tertiaire et d’un parking.

Face à la baisse des dotations de l’État nous devons compter sur nous même pour accroitre nos ressources. Aussi doit on se réjouir qu’en moins de dix-huit mois, la nouvelle zone d’activités des Fontanettes derrière le cimetière  soit complète. Cinq entreprises vont y construire et installer leurs activités dans les prochains mois.

 

Une ville, plusieurs quartiers, diverses spécificités, tous demandent de l’attention. Notamment nos 3 quartiers classés en politique de la ville. Cette attention particulière, je la partage avec Alexandra TURNAR, Présidente de Cristal Habitat.

Le quartier de Bellevue, construit dans les années 30, n’avait jusqu’à lors subit aucune rénovation lourde, nous avons donc choisi de lancer un large plan de réhabilitation du quartier, en transformant des logements anciens en logements modernes tout en conservant la tranquillité du quartier.

Les Hauts-de-Chambéry ont connu ces dernières années de profondes modifications ayant embellies le quartier et nous continuerons sur cette même ligne. Dans les prochains jours nous signerons le document de préfiguration du futur contrat avec l’ANRU. Il concernera particulièrement le nord des Combes, le secteur de la place DEMENGEAT ou l’ex-ED accueillera sans doute en Mai un nouveau commerce d’alimentation, et enfin le secteur Maconnais-Forum et les copropriétés de l’avenue d’Annecy.

Enfin concernant le Biollay, un travail de proximité s’est engagé en collaboration avec le maire de Jacob que je salue. L’aboutissement verra l’ouverture prochaine, sans doute à la rentrée de septembre, d’une maison de santé et des services publics renforcés. J’en profite pour rétablir la vérité, je sais que de la désinformation fait son œuvre, je vous l’affirme : il n’est pas question de fermer la mairie de quartier du Biollay.

 

Nous avions dit et écrit dans notre programme que la requalification des quartiers ne pouvait pas reposer que sur du béton et du goudron. Tel est bien le sens des actions que nous avons d’abord lancées et ce dans le cadre du « contrat de ville » signé avec nos partenaires. Offrir un parcours de vie voilà bien une action qui se concrétise par des propositions nouvelles : cité lab, ma chance moi  ou Rebond, pour n’en citer que quelques-unes.

 

La ville dans son ensemble gagnera en qualité de service.

 

Ainsi, à l’horizon 2019, une nouvelle piscine verra le jour sur l’ancien site du stade nautique. Les travaux visibles vont débuter en mars. Cette nouvelle piscine ouvrira 340 jours par an. Avec des bassins extérieurs et intérieurs, un  sauna/hammam et des jeux aqua-ludique, de quoi satisfaire petits et grands. Ce nouvel équipement est la première étape phare d’une recomposition de ce secteur appelé à évoluer dans les années à venir.

Créer les conditions d’un avenir meilleur pour nos enfants et notre jeunesse, permettre aux parents de concilier, vie professionnelle, vie personnelle et familiale, c’est bien là notre responsabilité et nous mettons tout en œuvre pour y parvenir.

La création du nouveau pôle petite enfance s’inscrit totalement dans cette démarche. La direction petite enfance de la ville, le multi-accueil « A Petits Pas », le relais assistantes maternelles et la crèche familiale sont désormais regroupés en un même lieu, avenue Jean Jaurès. Ce nouveau pôle constitue un véritable avantage pour la ville et les familles, la direction est au cœur des structures d’accueil et les parents disposent de tous les services au même endroit. Le multi accueil, prochainement inauguré, a bénéficié de travaux d’agrandissement (grâce aux soutiens de la CAF et du conseil départemental) et comme je l’avais annoncé, nous augmentons la capacité d’accueil, de 20 places à 30 places  en 2017 et 5 supplémentaires en 2018 sans doute.

La ville se doit aussi de bien accueillir ses scolaires. Les écoles chambériennes étaient en souffrance de 11.4 millions de travaux lorsque nous sommes arrivés. J’ai mis personnellement un point d’honneur à inverser la courbe ! Nous avons donc doublé les investissements d’entretien pour que nos établissements scolaires soient dignes d’accueillir nos enfants.

Nous avons aussi la volonté de rattraper le retard en ce qui concerne le numérique dans les écoles. Un grand plan Numérique dans les écoles a été lancé, 130 000 euros par an sont consacrés au remplacement du matériel informatique. En 2017, nous parachevons  cet effort.

Et parce que nous souhaitions aller plus loin que notre seule compétence légale pour accompagner nos jeunes vers la réussite scolaire, professionnelle et personnelle et leur permettre d’exercer leurs talents à Chambéry, nous avons ouvert un espace dédié aux jeunes et aux collégiens, qui sera aussi inauguré à la fin du mois, sur les Hauts-de-Chambéry. Cet espace se veut un lieu d’ouverture, d’ouverture aux autres, d’ouverture d’esprit, d’ouverture vers l’extérieur. Mais aussi un lieu de coopération entre les acteurs de la jeunesse pour le plus grand profit de nos jeunes. Nous sommes convaincus que les jeunes sont une chance pour notre territoire.

Il faut être en phase avec leurs aspirations.

Et pour que les jeunes se sentent bien à Chambéry, répondre à leurs besoins, nous déployons de nombreuses initiatives comme Job Station ou encore la journée Job étudiants. Samedi dernier, nous avons accueilli le Salon du lycéen et de l’Etudiant, où nous avons lancé pour les étudiants la nouvelle application Urban Pulse, une application pratique pour qu’ils profitent au mieux des richesses de notre ville… dans la continuité de la démarche « territoire connecté ». Le magazine l’Etudiant nous  a décerné le prix de la 4ème ville moyenne des villes où il fait bon étudier (1ère en évolution du nombre d’étudiants sur 10 ans et 1ère en taux de réussite en 1ère année de licence). Une belle progression pour notre ville qui occupait la 10ème place en 2015. Preuve que notre ville avance ! Mais il faut poursuivre pour garantir l’attractivité de nos lycées et de l’enseignement supérieur dont le porte-drapeau est l’université Savoie Mont Blanc.

Si nous accordons une attention particulière à notre jeunesse, les Chambériens doivent aussi bien vieillir, et parce que vieillir ne se passe pas toujours comme on le souhaiterait, Chambéry est maintenant équipée d’un nouveau pôle Alzheimer, structure innovante et exemplaire, inauguré le 2 décembre dernier, qui regroupe l’équipe spécialisée d’accompagnement à domicile, l’accueil de jour et la structure de répit dans un même lieu. Ce pôle propose une réelle expertise dans la prise en charge des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer. Il permet tout à la fois, d’accueillir et d’accompagner le patient mais également de soulager et soutenir les aidants.

2017 marquera aussi la dernière saison, saison qui se veut ouverte et diversifiée, à l’espace Malraux. Malraux fermera ensuite en juin, pour 2 ans de travaux. Il s’agira d’une remise en conformité des normes environnementales, d’isolation, d’accessibilité, d’incendie. Le matériel scénique et les fauteuils vont être refaits. En attendant sa réouverture, la programmation sera hors les murs, avec la volonté de faire de cette contrainte un véritable avantage. D’autres lieux seront investis à l’image du théâtre Charles Dullin ou encore du Scarabée, où nous nous trouvons ce soir en présence des associations chambériennes que je remercie de leurs présences. Grace à une nouvelle mobilisation populaire lancée par l’académie de Savoie et son président Jean-Olivier VIOUT, que je remercie, le Théâtre verra lancé un cycle de travaux qui concernera le grand rideau de scène peint par VACCA et le système de sécurité avant le grand salon, connue sous le nom de salle des concerts.

D’autres associations se sont mobilisées pour apporter des améliorations à leurs équipements. Je pense aux clubs de tennis de Bissy ou de Buisson-rond en 2016.

Je voudrais dire un mot tout particulier aux présidents, aux membres et bénévoles de nos associations. Vous avez à cœur d’œuvrer pour les Chambériens. Vous contribuez à rendre notre vie collective riche, solidaire et dynamique. Vous adoucissez la vie des habitants, vous servez le devoir de mémoire, vous encouragez les pratiques culturelles et sportives, vous prévenez et accompagnez les handicaps,  vous promouvez et renforcez les démarches environnementales,…. La liste pourrait être encore longue,…. et pour tout cela je vous remercie sincèrement.

La 2ème édition du Forum des associations en plein air a été une nouvelle fois une vraie fête populaire, ce succès résulte d’efforts conjugués….  Par ailleurs, j’ai conscience des efforts auxquels vous devez consentir, je veux vous redire ma volonté de vous accompagner, volonté partagée par l’ensemble de l’équipe qui m’entoure et du personnel communal.

Aux agents de la ville et du CCAS j’adresse également mes remerciements les plus sincères, je sais que vous avez toujours à cœur d’accomplir avec efficacité votre travail dans l’intérêt et au service de tous nos concitoyens. N’oublions pas  que nous sommes le premier service public auquel ils s’adressent.

Mes remerciements  vont aussi aux collaborateurs des organismes qui dépendent de nos collectivités ville-agglomération mais également à ceux qui en prolongent l’action.

Enfin, et je me retourne vers eux, je veux remercier l’ensemble des élus de mon équipe car tout ce que je viens d’évoquer c’est aussi à eux que nous le devons et je sais que leur implication ne faiblira pas en 2017.

Et en matière d’ambitions, de projets, de réalisations, vous voyez que le programme de l’année 2017 est bien rempli. Soyez assurés de l’engagement de la majorité municipale pour le mettre en œuvre. Soyez-vous aussi les ambassadeurs de nos projets, incarnez-les, faites-les vivre, soyez fiers de faire partie de cette ville qui avance. Chambéry doit épouser son temps et étonner par son dynamisme.

L’accueil à Chambéry d’une arrivée d’étape du Tour de France le 9 juillet prochain ne manquera pas d’apporter ce dynamisme. Cette étape va être magnifique si le soleil et nos champions (je pense à ceux de l’équipe chambérienne AG2R La mondiale bien sûr)   le veulent bien. Les images du grand Colombier, des vues sur le lac puis du Mont du Chat avant l’arrivée sur Chambéry seront splendides et valoriseront notre territoire sous l’œil de millions de spectateurs et téléspectateurs. 189 chaines de télévisions ont demandé des droits. Les retombées directes et indirectes pour notre ville seront immenses. Il nous revient à tous de créer une effervescence autour du Tour de France.

Le Tour renforce notre volonté de tirer profit du tourisme urbain et outdoor. Ce sont autant d’événements qui participent à l’attractivité et à l’économie chambérienne.

Si le Tour apportera son lot de talents, Chambéry n’est pas en reste ! Riche de ses Talents locaux, Chambéry a le privilège de pouvoir se réinventer. Elle veut vivre des expériences. Ses Talents, moteurs de notre territoire, ambassadeurs de notre cité, je veux les mettre en lumière, c’est pourquoi chaque année à l’occasion des vœux, aura lieu dorénavant la remise des prix des Talents de la ville. À cet effet, une commission extra-municipale a été mise en place et a choisi les 4 Talents 2016. Je veux ce soir remercier les membres de la commission de leurs implications aux côtés de la ville. Vous pouvez me rejoindre sur scène pour la remise des prix.

Je félicite enfin l’artiste Sylvie RENO et les 1200 enfants des écoles des Hauts de Chambéry qui ont réalisé la fresque qui orne le mur de cette salle.

A notre ville collectivement et à tous individuellement, j’adresse mes meilleurs vœux, de santé, de bonheur et de sérénité en mon nom, en celui de l’ensemble du conseil municipal et des agents de la ville.

Merci.

 

—  30 novembre 2016

Retrouvez en intégralité l’interview qui a été réalisée pour le dernier Chambéry Magazine de décembre 2016.

Monsieur le maire, vous avez lancé depuis la rentrée une série de réunions publiques dans les quartiers, dont la dernière se tiendra mi-décembre. Quel objectif poursuivez-vous au travers de ces réunions ?

Je m’étais engagé, lors de la campagne municipale de 2014, à me présenter régulièrement devant les chambériens. Nous avons lancé en 2015 ce concept de réunions dans tous les quartiers et nous le reprenons cette année, car ces rencontres répondent à un double objectif. Je les conçois tout d’abord comme un moment d’échange privilégié avec les chambériens. Entouré de mon équipe municipale, je suis présent pour être à leur écoute et répondre à leurs interrogations. Les réunions publiques constituent également un moment important pour apporter une information fiable aux chambériens sur les nombreux projets que nous menons dans leur ville. C’est une véritable démarche de transparence : il m’apparait essentiel d’expliquer, d’informer sur nos actions, d’autant plus que nous menons de nombreux projets indispensables et structurants pour notre ville.

Vous parlez de nombreux projets, quels sont ceux que vous avez présentés lors des réunions?

La nouvelle piscine du stade, qui sera ouverte 340 jours par an et proposera notamment un espace de bien être, ou encore le nouveau pôle d’échanges multimodal (PEM), qui améliorera l’accès à la gare ferroviaire en connectant tous les modes de transport. Le PEM participera à l’attractivité de Chambéry et au développement économique des quartiers comme la Cassine ou encore le futur quartier sur le site de Vétrotex.

Nous sommes également revenus sur le nouveau plan de circulation, qui est indéniablement un grand changement, mais qui montre que notre ville avance. Grace à la période d’observation forte et de proximité que nous avons mise en place dès le lancement du réseau, nous réalisons les ajustements nécessaires afin que les changements soient intégrés par l’ensemble des usagers et que les difficultés inhérentes au lancement de tout nouveau plan de circulation soient résolues au plus vite.

Enfin, la transformation numérique de notre territoire, qui se traduit par exemple par le lancement du plan numérique dans les écoles qui se déploiera sur 6 ans. C’est d’autant plus capital que l’économie digitale transforme notre société en profondeur, surtout lorsque l’on sait que, 62% des enfants actuellement en classe de CP exerceront un métier qui n’existe pas encore !

La transformation numérique de notre ville, c’est aussi simplifier la vie des chambériens au quotidien. La refonte du site internet de la ville a été entreprise en ce sens. Des services sont désormais accessibles en ligne, comme le paiement des factures d’eau, ou la gestion des réservations pour l’ensemble des services périscolaires via le portail famille, disponible depuis janvier 2016.

Cela passe aussi par le déploiement de la fibre, essentiel à notre développement économique. En 2018, tous les quartiers de Chambéry seront raccordés et durant les mois à venir, les travaux de déploiement se poursuivront du côté du secteur prioritaire de Bellevue/Le Biollay.

Et la sécurité ?

La sécurité est une préoccupation majeure des chambériens C’est un sujet auquel nous avons particulièrement été attentifs avec, entre autres, la mise en place de la brigade de nuit, l’intensification du système de vidéosurveillance et la montée en puissance des effectifs de la police municipale. Les efforts portent leurs fruits et nous les maintiendrons : entre 2014 et 2016, le nombre de troubles à l’ordre public, de dégradations et d’accidents ont respectivement  chuté de 15.41%, 22.50% et 36.59%, ceci en lien avec l’augmentation de plus de 80% de la présence de la police municipale sur le terrain.

Mais ces réunions publiques n’ont-elles pas des limites ?

Assurément, le fait de ne pas pouvoir être exhaustif  dans mon propos introductif par exemple. Cette année, j’ai choisi d’axer ma présentation sur les projets structurants et il m’a été reproché à Bellevue de ne pas parler assez des seniors. C’est un axe que j’avais mis en avant lors des réunions publiques en 2015. Si je ne l’ai pas évoqué cette année, cela ne veut pas dire que ce sujet n’est pas au cœur de nos préoccupations, au contraire. Les questions sont là pour cela et j’y réponds bien volontiers.

Autre point, j’ai dû faire des choix dans la localisation des réunions publiques, qui se sont basés sur le découpage administratif de la ville, et non sur le quartier   ressenti  des habitants. Je pense par exemple au Faubourg Montmélian, à Chantemerle, ou aux hauts de Chamoux, secteurs qui ont des identités propres que nous prenons en compte, mais qui n’apparaissent pas dans le découpage administratif chambérien. Là encore, chaque préoccupation peut être exprimée lors de ces réunions et nous veillons à ce que les lieux choisis ne soient jamais trop éloignés des habitants du quartier. C’est pourquoi pour le quartier centre qui est très étendu, j’ai fait le choix d’avoir deux réunions, une à Mérande et l’autre à Jean Renoir.

Fin septembre, vous avez également investi le terrain du numérique en proposant une session de questions/réponses  en direct sur facebook, une nouveauté ; cette première expérience vous a-t-elle convaincue ?

En plus des sept réunions proposées à Bissy, Chambéry le Vieux, aux Hauts de Chambéry, au Biollay, Centre-ville, Laurier et Stade, puis Bellevue, j’ai effectivement souhaité mettre en place cette année une « réunion publique numérique » sur le réseau social facebook. L’objectif était de donner la parole aux chambériens moins habitués à assister aux réunions publiques « classiques » ou à ceux qui ne pourraient pas s’y rendre. Il est pour moi essentiel de se saisir de ces outils numériques pour donner la parole à tous, et je pense particulièrement aux jeunes, largement utilisateurs des réseaux sociaux.

Ma seule incertitude était de subir les aléas de la technique, que nous ne maitrisons pas toujours ! Je suis très satisfait de cette première expérience, et je crois que les chambériens également : 4000 personnes ont été touchées par ce média [1], et pendant une heure environ, plus de 50 questions très variées ont été posées.

Quel est votre ressenti à l’issue de ces réunions ?

Dans notre ville désormais en mouvement, les chambériens ont d’autant plus besoin d’information et d’une information de qualité et de proximité. Pour y répondre, nous lancerons une permanence mobile, qui permettra aux élus d’aller à la rencontre des habitants et répondre à leurs questions. Notre rôle en tant qu’élus est avant tout d’être à l’écoute de nos administrés. Agir pour le bien commun, puis évaluer notre action en toute transparence et la confronter aux « retours de terrain », c’est comme cela que nous concevons l’action publique.

Cette démarche de transparence, je l’ai déjà évoquée, me tient véritablement à cœur. Une des premières mesures du mandat a d’ailleurs été la diffusion du conseil municipal en direct sur le site internet de la ville. Aujourd’hui, plus de 350 personnes en moyenne regardent en direct les conseils municipaux.

Je lancerai également mon site internet personnel, outil supplémentaire où les chambériens pourront retrouver des informations sur les grands projets en cours et les réalisations, ainsi que suivre notre action municipale.

***

Les réunions publiques en bref 

Des préoccupations transversales

Ramassage des déchets verts : nous connaissons l’attachement des chambériens à ce service et nous souhaitons que la collecte soit plus adaptée à leurs besoins. Ainsi, la collecte se poursuivra en 2017, avec augmentant la fréquence en période de forte activité (printemps, automne) et en la réduisant en période sèche, comme en juillet août.

Maisons médicales

Nous savons l’importance de maintenir et pérenniser la présence médicale dans les quartiers, notamment pour les séniors pour qui il est parfois difficile de se déplacer. Au Biollay, le projet de maison médicale est prévu pour le début de l’année prochaine avec accès handicapé. La structure est prévue pour accueillir 4 professionnels de santé. Poursuivant cette dynamique, une réflexion est actuellement en cours pour installer une maison médicale Faubourg Montmélian.

Commerces : à la place de l’ex magasin ED, nous avons travaillé, en concertation avec les habitants du quartier des hauts de Chambéry, à la reprise du commerce, en lien avec les attentes exprimées. Le dossier a très bien avancé puisqu’un repreneur a été trouvé. Ouverture prévue dans les prochains mois.

Présence postale : nous garantissons aux chambériens le maintien de la qualité du service postal. Des négociations sont en cours avec la Poste. Des relais postaux seront mis en place dans les commerces, avec une amplitude horaire plus adaptées aux contraintes quotidiennes

Depuis notre rencontre, les problèmes que vous avez soulevés ont amené des actions concrètes :

Stationnement : comme le maire s’y est engagé lors de la réunion publique des Hauts de Chambéry, une campagne de verbalisation à Chambéry le Haut a démarré pour faire face aux problèmes de stationnement sauvage lors du marché du dimanche matin, tous les dimanches depuis le 22 octobre 2016.

Réseau de bus : des bus ont été ajoutés sur les lignes les plus demandeuses afin d’en améliorer la capacité et la fréquence.  Dans cette optique, toutes les lignes chrono se sont vues doter de bus articulés. Par ailleurs, un travail d’amélioration des correspondances, et notamment des correspondances scolaires a été réalisé. De nouveaux comptages sont en cours et permettront de nouveaux ajustements pour janvier 2017.

Nous avons par ailleurs entendu les chambériens concernant les problèmes liés à la vitesse, circulation. Des réflexions et ajustements sont en cours pour y faire face, et nous reviendrons vers vous d’ici janvier pour vous faire part des modifications.

Bissy : nous mettrons en place une caméra dans les semaines à venir dans le secteur du Mas Baral.

Chambéry le Vieux : lancement d’un travail en partenariat avec le conseil de quartier de Chambéry le vieux pour la réalisation d’un cheminement piéton sécurisé courant 2017.

Note : au moment de la publication de cet article, les réunions publiques Centre, Laurier centre, Stade n’avaient pas encore eu lieu.

[1] Cela correspond au nombre de personnes qui ont regardé la vidéo en direct ou en retransmission

—  30 novembre 2016

En dépit des contraintes financières, nous gardons le cap et  agissons !

Nous remettons notre ville en mouvement avec des projets qui correspondent à nos engagements de campagne : faire de Chambéry une ville plus paisible et plus sûre (création du centre de supervision urbain, augmentation du nombre de caméras et des effectifs de la police municipale,…), soutenir tous les chambériens (augmentation des places de crèches, création d’un pôle Alzheimer unique en France,…). Chambéry retrouve aussi son dynamisme avec des animations  (un grand marché de noël, fête des éléphants, …) et de nouveaux services au public (nouveaux site internet, portail famille,…).

Le projet Territoire Mobile contribue également au mieux vivre à Chambéry par la mise en place d’une offre de transport en commun renforcée et optimisée, dont le nombre d’abonnés a fortement augmenté. La circulation chambérienne est par ailleurs en voie d’apaisement.

En somme, nous portons des projets utiles, empreints de réalisme, bien éloignés de la caricature politicienne faite par l’opposition.

Une pression « financière » de l’état sans précédent pesant sur notre ville : augmentation des dépenses causée par l’état et réduction drastique des dotations.

L’augmentation sans précédent de la pression exercée par l’état sous le gouvernement Hollande sur le budget de collectivités locales ne fait pas exception à Chambéry. En 2015, le prélèvement par l’état au titre du Fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC) sur le budget  la ville a été de 498 349 euros. La notification qui nous est parvenue pour cette année a établi notre contribution à hauteur de 767 484 euros, soit une hausse de plus de 50 % du prélèvement fait par l’état.

Par ailleurs, si  la situation financière de notre ville est toujours très contrainte en 2016, c’est également du fait de la nouvelle baisse des dotations de l’état, à hauteur de -2.4 millions d’euros en 2016. 2017 poursuivra dans cette lignée, où elles baisseront encore de 2 millions d’euros. En cumulé, c’est une véritable chute des dotations de l’état, évaluée à une perte de 33 millions d’euros entre 2014 et 2020, durée de notre mandat.

Ces éléments pris en compte, couplés aux baisses à venir des dotations de l’état jusqu’en 2020 nous imposent donc de poursuivre notre effort de réduction des dépenses sur les prochaines années.

Une bonne gestion des finances permettant néanmoins la réalisation de projets utiles, réalistes au service des chambériens.

Notre équipe a su faire preuve depuis 2014 de sa capacité à gérer les deniers publics avec sérieux et pragmatisme, afin de mettre en œuvre les engagements pris lors de la campagne municipale.

La bonne gestion de notre équipe, et ce malgré une baisse des dotations sans précédent, nous permet de réaliser des projets indispensables aux chambériens. Un exemple, la réhabilitation des écoles, délaissées pendant des années par la municipalité sortante. Inutile de revenir une nouvelle fois sur l’état de délabrement dans lequel avaient été laissées les écoles à notre arrivée, les parents chambériens le connaissent malheureusement bien. Comme nous nous y étions engagés, des travaux de rénovation ont été entrepris tout au long de l’année 2016 dans les écoles maternelles et élémentaires pour permettre aux enfants d’apprendre et de s’épanouir dans des conditions décentes. Nous avons par ailleurs choisi de mettre l’accent sur le numérique, parce qu’il est une composante fondamentale du monde dans lequel nous vivons. Ce n’est ni une thématique « de mode », ni accessoire, mais qui permet au contraire aux enfants de devenir autonomes, d’apprendre tout au long de la vie et parfois de sortir de situations d’échec. Agir pour le numérique, c’est aussi œuvrer pour l’égalité sociale et territoriale, car il est essentiel de permettre à tous d’être formés à l’heure où 90 % des métiers nécessitent des compétences en numérique.  A ce sujet, rien n’avait été fait depuis 2007, les enfants devaient composer avec du matériel encore à l’aire de la disquette et une connexion internet quasi inexistante. Nous avons choisi de réaliser un plan numérique pour les écoles sur 6 ans, pour lequel 130 000 euros par an sont budgétés afin d’équiper toutes les écoles maternelles et élémentaires de câblage et d’équipement.

La mise en place des ateliers « DOP » (Découverte, Ouverture, Plaisir) fut également un succès. Ces ateliers visent à faire découvrir aux enfants des activités qu’ils pourront pratiquer ensuite dans d’autres cadres comme les Ateliers théâtre, les initiations au chant ou à la danse. Nous n’avons pas renoncé à permettre aux enfants de s’ouvrir sur le monde, même si ces ateliers ont eu un coût financier élevé pour notre collectivité.

Si la contrainte financière est réelle, elle n’entame en rien la mise en œuvre de nos projets, bien loin des gesticulations politiciennes du groupe minoritaire.

Retrouvez aussi notre tribune dans le dernier Chambéry Magazine  en ligne.